Skip to Content

Lorsqu’il s’agit d’Internet, ce sont la sécurité, l’accès et la littératie numérique qui importent le plus aux Canadiens

Selon l’ACEI, la gouvernance d’Internet est « bien trop importante pour être confiée à d’autres »

Ottawa, le 1 novembre 2012. – L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet, l’organisme qui gère le domaine Internet .CA, a consulté la population canadienne et découvert que la sécurité, l’accès, les coûts et la littératie numérique représentent les plus importants défis auxquels l’internaute doit faire face lorsque vient le temps d’utiliser Internet avec succès.

Telles sont les observations recueillies dans le cadre du plus récent Forum canadien sur l’Internet (FCI) organisé par l’ACEI. Cette initiative, constituée d’une série de discussions en ligne ainsi que de consultations publiques qui ont eu lieu au cours de la dernière année, constitue un volet du Programme d’investissement communautaire de l’ACEI. Mis en œuvre en 2010, ce Forum offre une tribune neutre aux intervenants de partout au Canada leur permettant de discuter et de débattre de l’état et de l’avenir d’Internet ainsi que des politiques et de la gouvernance en la matière au pays.

« Internet est devenu le moteur d’une nouvelle économie fondée sur le savoir. Il a transformé radicalement les façons dont nous communiquons entre nous, a indiqué M. Byron Holland, président et chef de la direction de l’ACEI. Il est bien trop important pour être confié à d’autres, et je profite de l’occasion pour remercier les Canadiens qui ont pris le temps de participer au FCI. »

Sécurité

La sécurité concerne les éléments qui influent sur la stabilité ainsi que sur la sûreté d’Internet, notamment les virus, les pourriels et la cybercriminalité.

« Il n’est pas étonnant que les Canadiens aient déterminé que la sécurité constitue le défi principal, a déclaré M. Holland. Alors qu’Internet fait, de plus en plus, partie intégrante de notre paysage économique et social, il va sans dire que le nombre d'activités criminelles ayant pour but de tirer profit de cette intégration augmentera considérablement. »

Plus tôt cette année, Websense, la société de sécurité Web, a publié un rapport sur la cybercriminalité, lequel fait état de l'augmentation des activités malveillantes en ligne au Canada. Selon les conclusions d’un rapport produit par Norton en 2010, la cybercriminalité a coûté 5,5 milliards de dollars aux Canadiens en 2010. Bien que ces études ne remettent aucunement en question l’intégrité du domaine .CA, il s’agit d’un enjeu auquel l’ACEI accorde une grande importance.

L’accès et les coûts

Pour les Canadiens, il est impossible de dissocier l'accès des coûts. Il ne fait aucun doute qu’au Canada, en matière d’accès à Internet et de vitesse, un fossé s’est creusé entre le monde rural et le monde urbain. Les centres urbains jouiraient d’un accès plus rapide, moins coûteux et de qualité supérieure que celui dont profitent les régions éloignées ou rurales. Puisque Internet peut faciliter considérablement le développement économique, il s’agit d’une situation de plus en plus préoccupante. Bien que la mobilité représente un moyen visant à fournir un meilleur accès aux régions éloignées, au Canada, cette technologie est considérée comme très onéreuse.

« Les coûts, l’accès et la vitesse constituent la devise numérique d’un pays, a affirmé M. Holland. Il y a dix ans, le Canada était un leader numérique, mais des rapports issus de différentes sources ont depuis démontré qu’en matière de coûts et de vitesse, en comparaison avec d’autres pays industrialisés, le Canada a de moins en moins la cote. Le temps est venu de reprendre notre position en qualité de leader numérique mondial. »

Littératie numérique

 On entend par littératie numérique, la capacité d'utiliser Internet à des fins d'apprentissage, de travail et de divertissement; de comprendre le contenu des médias numériques et ses applications, ainsi que d'acquérir les connaissances nécessaires à la création et à la mise en œuvre d’une technologie numérique à la fois à des fins personnelles et commerciales dans un marché concurrentiel. Elle aborde des questions telles que la vie privée, le filtrage et les obstacles linguistiques.

« Les Canadiens sont préoccupés par le fait que leur pays se laisse distancer par les autres lorsqu’il s’agit de faire en sorte que ses citoyens acquièrent la littératie numérique dont ils ont besoin, a mentionné M. Holland. C’est sans doute exact, mais nous croyons que nous nous trouvons devant une importante possibilité de faire progresser les programmes sociaux et économiques du Canada au moyen de l'éducation et du rayonnement. L’ACEI travaille actuellement de concert avec d’autres intervenants au sein de l’écosystème Internet canadien dans le but de faire progresser la littératie numérique de tous les Canadiens. »

Un livre blanc, intitulé Internet au Canada : Défis et possibilités, dans lequel sont consignées toutes les conclusions du FCI 2012 a été publié aujourd’hui. Il est consultable au http://cira.ca/assets/Documents/Publications/defis-possibilites-canada-2012.pdf.

Au sujet de l’ACEI

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet est l’organisme sans but lucratif, dirigé par ses membres, qui gère le registre des noms de domaine .CA du Canada, élabore et met en œuvre des politiques à l’appui de la communauté Internet canadienne et représente le registre .CA sur le plan international.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Leo Valiquette
inmedia public relations
613 769-9479
lvaliquette@inmedia.ca